[Aller au menu]

Un nouveau cœur de ville en gestation

Dans sa conception actuelle, le centre commercial du Mail souffre terriblement. Organisé autour d’un patio, qui correspondait à une époque, celle des années 60, il ne répond plus aux attentes des consommateurs. Partout ce type de modèle périclite. Pour la municipalité, il est désormais temps de passer à une nouvelle phase de la restructuration du centre ville, après les rénovations, destructions et un début de reconstitution de logements sur le quartier de Chaoué, et la réalisation de la place du Mail.

Rendre identifiable le centre commercial

Dernièrement, un projet a été présenté aux riverains, après voir été exposé aux commerçants, quelques semaines auparavant. Pour son concepteur, l’architecte Michel Daquin, « relooker le centre commercial ne résoudra pas le problème de fond actuel, à savoir l’absence de centralité d’Allonnes ».

Aussi, il propose de le rendre identifiable, en s’appuyant sur les jardins de la place du Mail et en densifiant le secteur. Pour ce faire, sur l’actuel centre commercial pourrait être envisagée la construction de résidences de 4 à 5 étages, avec, côté jardins, des balcons et terrasses. En rez-de-chaussée seraient installés des commerces, « une situation qui correspond à la réalité d’aujourd’hui ».

Il conviendrait aussi de retrouver de l’habitat, toujours sous forme de petites résidences, sur l’emplacement libéré par la démolition de la barre H et là où se situent 66 boxes de stationnement. Une liaison nord-sud serait créée, mettant en relation les quartiers situés au nord et le jardin paysager. « L’objectif est bel et bien de raccrocher au centre commercial les jardins et les habitations ». Les commerces auront ainsi pignon sur la ville. Au milieu de cet îlot se trouverait un parc.

Une opération délicate

Au bout de la place du Mail, l’architecte conçoit la construction d’une résidence de cinq étages, qui pourrait être dévolue aux personnes âgées, en remplacement du foyer logement Jean Duchesne, voué à la démolition. Michel Gabout, adjoint au maire à l’urbanisme, n’a pas caché à l’assistance, venue nombreuse, que ce projet serait le premier à se concrétiser. Le rez-de-chaussée serait lui aussi occupé par des commerces, dont une supérette de 400 m². À l’autre extrémité, là où se situe l’ancienne poste, derrière la mairie, une résidence pourrait aussi être édifiée. "L'ensemble de l'opération sera à tiroirs", s’étalant en trois phases, afin de permettre aux commerçants actuels de poursuivre leur activité.

Naturellement, ce projet ambitieux, au même titre que les nombreux chantiers de rénovation urbaine menés ces dernières années sur la commune, nécessitera la mobilisation importante de partenaires financiers, dans le cadre d’un Anru 2, en cours de négociation.

Gilles Leproust, tout en confirmant l’ambition de la ville à faire aboutir ce projet d’ampleur, a informé l’assistance que la ville reste en contact étroit avec le groupe Carrefour, qui souhaite toujours pouvoir revenir dans le centre commercial, sur 50% de la surface qu’il occupait auparavant avec son enseigne Shopi. Mais, « pour le moment, le propriétaire des lieux, la Bnp Paribas, s’obstine toujours à refuser cette proposition ».

En savoir plus

Voir les commentaires

yves-lambourg
comités d'initiatives
Il doit bien y avoir un moyen sur le plan juridique de faire seder ce groupe qui pénalise la restructuration de cette partie de la ville.
Vendredi 18 octobre à 13h07

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).