[Aller au menu]

Concertation pour l’avenir du bâti de l’école Marie Curie

L’école maternelle Marie Curie, pour laquelle une réhabilitation n’est pas viable, fermera à terme. Reconstruction ou aménagement de locaux supplémentaires dans une autre école ? Son avenir s’écrit collectivement dès maintenant.

Mi-octobre, Gilles Leproust, maire, Christine Moriceau, adjointe au maire en charge de l’éducation, et Yves Berthelin, conseiller municipal délégué, ont animé, avec les parents et les enseignants de l’école maternelle Marie-Curie, une rencontre relative au devenir de l’école.

Au préalable, le maire est revenu sur les conditions  de la fermeture de la 3e classe à la rentrée et de la mobilisation des parents qui s’en est suivie. Déplorant cette suppression, il a tenu à rappeler que la décision n'incombe pas à la municipalité, « qu’elle est du seul ressort du recteur d’académie ». Aussi, face aux critères comptables du ministère de l’éducation nationale, la classe n’a pu être sauvée. En effet, seuls 44 élèves sont scolarisés dans cette école, il en aurait fallu 49 pour que cette dernière  pût garder sa 3e classe. Ces dernières années, sur l’ensemble de la ville, les effectifs scolaires ont chuté d’une manière continue de 50% (1610 élèves en 1994/1047 en 2012). 

L’école n’est plus aux normes

Même si l'école avait compté encore trois classes à la rentrée, l'avenir des bâtiments serait posé, comme cela a d'ailleurs été rappelé aux parents dans un courrier du 28 juin dernier. En effet, les normes exigées aujourd'hui au niveau thermique, phonique et pour l'accessibilité des personnes à mobilité réduite sont incontournables.

Une réhabilitation a bien été envisagée, mais les études ont révélé que son coût serait exorbitant. Autrement dit, les locaux fermeront à terme.

Les parents présents ont alors exprimé leur inquiétude, en demandant aux élus de clarifier la date de fermeture de l’école. « Mon fils s’est adapté à cette école, en septembre il devra aller dans un lieu inconnu ! », s’exclame une maman.  Une autre interroge : « Mon fils, il ira où ? ». « Nous n'avons pas dit que ces locaux fermeront à la prochaine rentrée », répondent les élus et d’ajouter : « pour l’instant, nous n’avons pas la réponse, d’autant que les rythmes scolaires vont changer (...) c'est ensemble que nous devons trouver les réponses les plus pertinentes ».

Engager une réflexion collective

« Où iront les enfants ? » s’interroge t’on aussi dans l’assistance. « La ville a la volonté de garder cinq groupes scolaires* », répondent au préalable les élus. Reconstruction de l’école ou agrandissement du groupe scolaire Louis Pasteur sont deux pistes parmis d'autres qui pourraient-être envisagées.  

Voulant écrire l’avenir avec les principaux intéressés, la municipalité souhaite poursuivre la réflexion collective.

Pour ce faire, un comité de pilotage, composé de quatre parents d’élèves, trois enseignants, de l’inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription, de la déléguée départementale de l'éducation nationale, de deux Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), s’est constitué. Sa première réunion est programmée au cours du moi de novembre.

*Cinq groupes scolaires : Jules Ferry – – Victor Hugo – Paul Langevin – Hubert Lyautey - Louis Pasteur.

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).