[Aller au menu]

L'espace culturel Paul Fort entre en métamorphose

La rénovation urbaine d’Allonnes se poursuit à un rythme toujours aussi soutenu. Depuis quelques jours, ont débuté la réhabilitation et l’agrandissement de l’espace culturel Paul Fort. Visite guidée du futur équipement dédié aux pratiques musicales et aux arts plastiques.

Depuis quelques semaines, une atmosphère fantomatique règne à l’espace culturel Paul Fort. Les 200 élèves de l’école municipale de musique, ses 18 salariés, dont 16 enseignants, la compagnie théâtrale du Métronome, l’administration de la compagnie du Théâtre de l’Enfumeraie et du Réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficulté (Rased), et l’activité d’arts plastiques du Contrat éducatif local (Cel) ont déserté les lieux. Tous sont désormais provisoirement installés dans divers lieux disséminés en ville. Ainsi, l’école municipale de musique, rejointe par l’orchestre des KD d’Allonnes et la troupe de spectacles musicaux Allonisson, dont les locaux qu’ils occupaient jusqu’alors sont aussi en travaux, a été relogée, pour partie, dans les anciens locaux de La Poste. Et cela durera 18 mois, le temps nécessaire à la métamorphose de l’espace culturel Paul Fort. Seuls les Ateliers publics d’arts plastiques d’Allonnes (Aaa), situés à une des extrémités de l’équipement, sont restés sur place.

Une pièce maîtresse du futur « Jardins des cultures »

Inscrits dans le Programme de rénovation urbaine (Pru), la réhabilitation et l’agrandissement de l’espace Paul Fort est une pièce maîtresse du futur « Jardins des cultures », regroupant quatre équipements culturels d’importance : le site archéologique et son centre d’études et de recherches, l’espace interculturel Yvon Luby, le théâtre de Chaoué, dont la réhabilitation et l’agrandissement débutent aussi, et l’espace culturel Paul Fort.

Le chantier Paul Fort, qui vient de débuter, consiste à « offrir de meilleures conditions d'accueil du public et de faire se rencontrer les différentes pratiques artistiques, et pas seulement de leur offrir des locaux en partage », résume Alexis Brault, l’adjoint au maire en charge de la culture, pour qui « développer les pratiques artistiques, c’est donner aux Allonnais davantage d’occasions de s’épanouir et de vivre pleinement ».

Pour y parvenir, l’opération Paul Fort s’élève à 2,34 millions d’euros, financée à 65% par l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru), 20% par la ville et 15% par la région des Pays de la Loire.

Une profonde amélioration de l’acoustique

Jusqu’alors, l’école municipale de musique, le principal occupant de cet ancien groupe scolaire, disposait de quatre salles d’enseignement musical de 60 m² chacune. Trop vastes, mal insonorisées celles-ci n’étaient franchement pas adaptées. Il était ainsi très difficile d’y faire cohabiter certains cours de formation instrumentale, comme ceux, par exemple, de trompette et violon. Ceux de musique amplifiée (guitares électriques, batterie...) ne pouvaient d’ailleurs pas se dérouler ici. Pour les cours théoriques et l’administration, là aussi les salles étaient bien trop grandes. Au rez-de-chaussée, se tenait une salle pour les auditions et autres concerts, qui s’avérait peu confortable, aussi bien pour les musiciens que pour le public.

L’objectif majeur du projet réside dans une profonde amélioration de l’acoustique du lieu. Pour ce faire, le rez-de-chaussée et le premier étage « vont être en partie désossés », décrit Dominique Cormier, le directeur de l’école municipale de musique et pilote du projet. L’équipement sera rendu pleinement accessible aux personnes à mobilité réduite, par, notamment, l’installation d’un ascenseur et d’un élévateur. Les fenêtres et façades seront réhabilitées.

Un auditorium de 195 m²

Le préau, par lequel on pénètre actuellement, sera fermé. L’accès, qui se situera dans la cour actuelle, s’effectuera par un hall commun aux ateliers d’arts plastiques. Cette extension sera équipée d’une borne d’accueil, avec un agent qui orientera les usagers, d’un espace de convivialité et d’un hall d’expositions. À droite, se situera un auditorium de 195 m², comportant 116 places assises et une scène de 50 m², pouvant accueillir les auditions et des concerts intimistes. Il servira aussi pour des conférences et des projections cinématographiques, deux mardis par mois (actuellement organisées à la salle interculturelle Yvon Luby). 

Dans le prolongement, les ateliers d’arts plastiques bénéficieront de quelques menus travaux, ne modifiant pas fondamentalement l’agencement actuel.

Un département de musique électronique

Par contre, à droite de l’auditorium, l’aile du bâtiment est complètement revisitée, avec la création d’une salle de 69 m² pour les pratiques collectives de percussions, d’un studio, permettant aux élèves de travailler isolément ce type d’instruments, un espace de 53 m² pour le piano, un département de musique électronique d’une surface de 92 m², avec une salle de musique assistée par ordinateur, deux salles pour les musiques amplifiées et une régie son, permettant de procéder à des enregistrements. Ces locaux seront utilisés par l’école de musique et le label de musique La Baraka Prod. Non loin, se situera un local de stockage de 43 m² pour l’orchestre des KD d’Allonnes.

En face, sera créé un centre de documentation musicale de 38 m². Dans le prolongement, se situera une grande salle pour les répétitions collectives, mutualisée entre Allonisson, les KD d’Allonnes, l’école de musique et la chorale Voc’Allonnes, avec deux locaux de stockage.

Huit salles d’enseignement

Au premier étage, par la pose de nouvelles cloisons et un traitement acoustique permettant une pratique musicale optimale, le nombre des salles d’enseignement passera de quatre à huit, d’une superficie comprise entre 15 m², pour les plus petites, à 53 m², pour la plus grande. Une salle de réunion pour trente personnes, une salle des professeurs, une salle pour l’Excelsior, un local de stockage et des quatre bureaux pour l’école de musique et le service des affaires culturelles seront aménagés.

Un temps, il avait été envisagé d’accueillir aussi dans cet équipement les associations de danse, mais faute de financement suffisant, le 2e étage restera pour le moment en l’état. Alexis Brault se veut néanmoins rassurant, en précisant : « Nous n’allons pas oublier les très nombreux pratiquants des différentes associations de danse, ils font pleinement parti du projet de la ville ».

Pour Dominique Cormier, « ce projet est magnifique, il va permettre aux acteurs culturels d’être pleinement ouverts sur le quartier de Chaoué et l’ensemble de la ville. Nous allons pouvoir travailler dans des conditions exemplaires » et d’ajouter : « Nous sommes tous très impatients de revenir dans cet équipement, neuf, afin de pouvoir construire des projets culturels en commun ».      

En chiffre :

  1. 2,34 : en millions d’euros, le coût de l’opération
  2. 65 : le pourcentage de la participation de l’Anru
  3. 2 380 : en m², la surface actuelle
  4. 2 920 : en m², la surface future
  5. 116 : le nombre de places assises de l’auditorium
  6. 18 : en mois, la durée des travaux
  7. Septembre 2015 : la date de réouverture

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).