[Aller au menu]

le 19/10/2014

Des Assises de la ville pour tout se dire et co-décider

Lors des élections municipales, 47% des Allonnais ne sont pas allés voter. Ce désintérêt d’une large frange de la population pose question. Avec les Assises de la ville, la municipalité souhaite que les Allonnais expriment ce qu’ils ont sur le cœur, et qu’ensemble, élus et habitants, parviennent à construire une ville pour tous.  

De l’avis unanime, ces dernières années, Allonnes a bien changé. Le Projet de ville a avancé à un rythme soutenu, avec, notamment, la rénovation urbaine (p.6), l’émergence de nouveaux quartiers ou, encore, la concrétisation d’une politique de la petite enfance. Le temps où Allonnes voyait sa population décliner est révolu.

Néanmoins, une frange importante des Allonnais est frappée de plein fouet par la crise systémique qui joue la carte de la concurrence et de l’exclusion. Ces dernières années, le nombre d’habitants paupérisés s’est fortement accru, comme dans la France entière, d’ailleurs. À cette situation, s’ajoutent une forte montée du repli sur soi et un désintérêt manifeste pour la chose publique. Ces facteurs causent une fracture démocratique, marquée par une abstention record aux élections municipales (47%) et européennes (74,5%).

La ville n’en reste pas moins toujours engagée dans le développement de la démocratie locale, autour, notamment, d’instances participatives, de réunions de concertation, de rencontres de quartiers ou sur le marché. Car, pour la municipalité, il n’y a pas d’autre voie possible pour répondre à la crise de la politique. Chaque citoyen doit pouvoir être acteur de sa ville.

Pour un débat franc et loyal

Cette volonté de faire avancer la démocratie locale rend de plus en plus nécessaire de trouver des démarches originales, pour aller à la rencontre de la population, pour construire et décider ensemble. C’est pourquoi, dans les mois à venir et jusqu’à la fin mai, la municipalité veut mener avec vous un débat franc et loyal, sans faux semblant. C’est ce qu’elle appelle les Assises de la ville. Les élus ne s’inscrivent pas dans une simple démarche de valorisation du travail réalisé, en vous disant « nous sommes formidables, voyez tout ce que nous faisons pour vous », comme il est de bon ton en politique. Ils se refusent à éluder auprès de vous les problématiques et blocages rencontrés pour bâtir une ville pleinement solidaire, belle, tranquille et harmonieuse, à laquelle chacun aspire. « Alors, parlons de notre ville ensemble ! », vous lance l’équipe municipale, car « Allonnes, c’est vous, c’est nous tous ».  

Questions à : Gilles Leproust

Monsieur le Maire, pourquoi des Assises pour la ville ?
De plus en plus d’Allonnais font la grève des urnes. Or, quand on est élu, on a le devoir de faire en sorte que les citoyens soient des acteurs incontournables de leur ville. Donc, il nous faut comprendre avec eux ce qu’il se passe. Ces dernières années, avons-nous bien répondu aux attentes des Allonnais ? Comment allons-nous nous projeter pour les prochaines années ? Pour ma part, j’ai un sentiment ambivalent. Nous avons déployé beaucoup d’efforts, avec des résultats dont nous pouvons être fiers, et, dans le même temps, le bouleversement libéral de notre société a pour conséquence d’aggraver considérablement les conditions d’existence et du « vivre ensemble » des Allonnais. Nombre d’entre eux sont très en colère, ne se sentent plus respectés. La question centrale de ces Assises pourrait être : comment allons-nous réussir ensemble à développer une ville agréable, belle et solidaire, dans une société de plus en plus inégalitaire ?

Qu’attendez-vous précisément des Allonnais, à l’occasion de ces Assises ?
Les Assises se veulent un grand remue méninges, à la fois pour réfléchir ensemble, sans aucune question tabou. Nous souhaitons que tous les Allonnais y prennent leur place, pas simplement pour participer, mais réellement pour s’approprier ce moment d’échanges, de diagnostic et de co-élaboration. Il faut qu’ils en soient les principaux acteurs, des décideurs à part entière. L’exercice n’est pas facile, mais il ne peut être qu’enthousiasmant pour tout un chacun. Dans les prochains jours, nous allons multiplier les initiatives pour leur donner l’envie de participer. Il va nous falloir, nous élus, sortir des sentiers battus. L’ambition est d’avoir plusieurs centaines de participants. Il faut que les bouches s’ouvrent, que les idées fusent. Avec eux, nous écrirons une  « charte des engagements », qu’ils expertiseront chaque année. Notre démarche est bien celle d’une co-construction et co-expertise des décisions prises ensemble.

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).