[Aller au menu]

le 03/10/2013

Un chauffage central à l’échelle de la ville

La ville d’Allonnes est vertueuse dans la maîtrise de ses émissions de gaz à effet de serre. Grâce à sa centrale de chaleur, elle dispose d’un important réseau de chauffage urbain, propre, efficace et économique. Enjeux et explications de ses principes de fonctionnement. 

Passant le pont Arc-en-ciel, l’œil du visiteur occasionnel ne peut qu’être attiré par la grande cheminée et son complexe situés à l’entrée de ville. La plupart d’entre nous ne remarque plus cet équipement peu esthétique (mais qui devrait le devenir un peu plus dans les années futures), tellement il fait partie du paysage urbain. Nous sommes tout aussi nombreux à ignorer son utilité. Et pourtant...

La valorisation des déchets ménagers

Cette infrastructure, qui est née au commencement de la ville nouvelle au début des années 1960, est en fait une chaufferie qui alimente les logements collectifs de la commune, les écoles et la plupart des équipements municipaux.  

À l’origine, fonctionnant au charbon, puis au fioul, elle était très polluante. Depuis quelques années, ces énergies fossiles ont été abandonnées au profit d’une énergie propre, basée sur la valorisation des déchets ménagers. Au lieu d’être enfouis dans une décharge, ceux-ci sont incinérés dans un vaste four situé sur la zone d’activité de la Chauvinière, au Mans. Leur combustion permet de produire l’énergie calorifique nécessaire pour alimenter en eau tout un réseau de canalisations, qui transite par la centrale d’Allonnes, puis emprunte, en sous sol, le domaine public et privé de la commune, jusqu’à des postes de livraison installés dans les immeubles et les équipements des abonnés. In fine, sont livrés chauffage et eau sanitaire à plusieurs milliers d’Allonnais.

Une énergie thermique et mécanique

Le réseau de canalisation fonctionne en circuit fermé. C'est-à-dire qu’il comprend au moins deux canalisations : l’une pour distribuer la chaleur vers les utilisateurs, soit une eau à 90/95°, l’autre pour le retour du fluide refroidi vers l’installation de production. Les travaux menés actuellement sur le boulevard d’Anjou et l’avenue du 19 mars 1962 visent, notamment, à déplacer une partie de ce réseau, dans le cadre des futurs travaux du Bus à haut niveau de service (Bhns), et à permettre au lycée André Malraux, ainsi que la Maison d’accueil spécialisé (Mas) Les Amaryllis, de se raccorder à ce mode de chauffage durable.

L’intérêt de la centrale d’Allonnes réside aussi dans le fait qu’elle crée de la cogénération. C'est-à-dire qu’elle produit aussi bien de l’énergie thermique que mécanique. En utilisant du gaz, elle fait fonctionner un imposant moteur thermique qui entraine un alternateur produisant à la fois de l’énergie électrique et de la chaleur. L’électricité est ensuite revendue à Edf, et l’énergie thermique rejoint le réseau. La cogénération ne peut fonctionner que cinq mois dans l’année, du 1er novembre au 30 mars, quand les besoins en chauffage se font sentir.

Particulièrement économique

Grâce à cette production simultanée, le chauffage urbain est particulièrement économique. En effet, la revente d’électricité permet de faire baisser d’une façon importante la facture électrique des usagers. Ce mix énergétique garantit une bien meilleure stabilité des tarifs pour les usagers, comparativement au fioul, au gaz et à l’électricité, dont les prix ne cessent de croitre.

Il est aussi beaucoup plus écologique, en produisant des niveaux d’émissions de polluants nettement inférieurs aux sources d’énergie plus traditionnelles.

Ces grands principes de qualité et d’égalité de traitement des usagers sont garantis par la ville, qui a fait le choix de développer ici un service public de distribution de chaleur. Pour le gérer au mieux, la ville a procédé à une délégation de service public à l’entreprise Dalkia, lui permettant de bénéficier de ses moyens techniques, humains et d’investissement. Une partie du réseau géré par le Mans Métropole, alimentant le Centre hospitalier spécialisé (Chs), la piscine et les collèges, la ville d’Allonnes et le Mans Métropole, devraient s’orienter à l’avenir vers un réseau unique, sous la responsabilité de la communauté urbaine, permettant, notamment, des investissements plus conséquents, afin de faire progresser encore cet outil si vertueux.

Venez visiter la centrale

Porte-ouverte exceptionnelle
Samedi 23 novembre de 10h à 16h
2 impasse des Pâquerettes

En savoir plus : www.dalkia.fr – rubrique vidéo La cogénération

Voir les commentaires

Thevenot Jean
RESEAU DE CHALEUR, INFOS EN PLUS
A l'origine, de la chaufferie, il y avait le charbon, ensuite le fioul et maintenant il n'y a que le gaz naturel pour une chaudière et la cogénération. L'eau chaude du réseau est 90 - 95°, ce n'est donc pas de l'eau surchauffée comme il est parfois écrit. Le fonctionnement actuel, n'est pas si vertueux, car deux tiers de la chaleur produite par l'usine d'incinération des ordures ménagères ne sert strictement à rien, n'est pas récupérée. Un gaspillage inadmissible, qui se produit pendant la période de chauffage, avec la cogénération, au-dessus d'environ 5°. Jean Thévenot. 06.07.99.65.11
Jeudi 10 octobre à 11h53

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).