[Aller au menu]

Escale au lieu d’écoute

Écouter, c’est accueillir l’autre tel qu’il est. À Allonnes, il existe un lieu particulièrement apaisant où chacun peut, anonymement et en toute confidentialité, exprimer ce qu’il a sur le cœur ou simplement rencontrer d’autres personnes.

Monique franchit le seuil de l’Escale*. Elle a besoin de parler de son « petit coup de déprime ». Chantal lui propose de l’accueillir en entretien particulier, autour d’une tasse de café. Chantal est ce qu’on appelle une écoutante. Écouter semble être la chose la plus naturelle au monde. Il n’en est rien, en fait. Entendre vraiment les maux de l'autre et ses besoins exige attention et bienveillance. Chantal, comme les onze autres écoutants de l’Escale, possède ces qualités qui lui permettent d’exercer cette pratique très délicate.

Attention à l’autre et bienveillance

« L’écoute, c’est être au service de gens qui ont des paquets à déposer, des choses qui peuvent parfois être un peu lourdes et encombrantes ». Sophie, écoutante elle-aussi, ajoute : « Nous accueillons la personne telle qu’elle est, par une écoute neutre, sans jugement, afin que cette personne puisse avancer pour elle ». Quel que soit le problème abordé (la solitude, la maladie, la famille...), les écoutants ne font pas de distinction. « Pour nous, c’est écouter tout simplement », résume Chantal. L’empathie dont font preuve les écoutants leur permet ainsi de comprendre le monde tel que l’usager le voit.

Le non-jugement, la non-directivité, l’anonymat et la confidentialité absolue caractérisent l’écoute de l’Escale. « Nous ne proposons pas de solutions, celles-ci doivent venir des personnes elles-mêmes », explique Martial Leréverend, le responsable de l’Escale. Les convictions humanistes des écoutants sont ainsi évidentes : elles reposent sur le fait que tout individu possède les capacités de se prendre en main, même si cela ne semble pas immédiatement évident.

Le souci de l’autre

La première motivation qu’évoquent les écoutants pour justifier leur engagement est celle du « souci de l’autre, son bien-être », décrit Taous Boukhalfa, accueillante-animatrice. Ce que confirme Monique, qui « rencontre ici des gens très accueillants » et pour qui « parler avec quelqu’un de confiance, ça fait vraiment du bien ». Pour Maryline, autre usager, « le personnel est très respectueux, il a toujours le sourire, un mot gentil ».

Au-delà des formations théoriques et tout au long de leur pratique, les douze écoutants bénéficient d’une supervision régulière avec un psychothérapeute. Ce soutien leur permet de progresser dans la connaissance qu’ils ont d’eux-mêmes. Ainsi, mieux connaître leurs propres réactions et ne pas se laisser submerger par le jugement ou l’émotion sont autant d’éléments au service d’une écoute de qualité.

Un espace convivial et collectif

À l’Escale, se déroulent aussi des accueils collectifs autour d’activités. On y discute de tout, à bâton rompu. Ainsi, dans la pièce commune, aménagée en salon, avec banquette et fauteuils, on peut aussi bien parler d’une recette de cuisine, que de vacances, de l’éducation des enfants, des travaux en ville... Maryline, qui participe régulièrement à l’accueil collectif, nous explique ses motivations : « Je ne participe pas à l’écoute individuelle. Je n’en ressens pas le besoin. Mais, par contre, je suis une adepte de l’échange collectif. On peut y parler de tout, dans le respect des autres. C’est un vrai moment de détente ». Aujourd’hui, c’est une après-midi « Chichis », qu’un groupe d’usagers confectionne avec entrain en cuisine.

Bien que structure municipale, l’Escale n’est pas franchement un lieu institutionnel. « Il y a ici une grande souplesse de fonctionnement, qui permet l’accueil et l’écoute de publics qui ne sont peut-être pas forcément à l’aise pour aller dans des institutions plus repérées », décrit Sophie. Dans ce lieu accessible à tous, il n’y a pas de prise de rendez-vous, chacun vient quand il veut pendant les heures d’ouverture.

En cette fin d’après midi, en guise d’au revoir, Maryline lance gaiement : « Si l’Escale n’existait pas, il faudrait l’inventer ». 

*Structure du pôle écoute, santé et bien-être du Centre communal d’action sociale (Ccas).

OÚ S'ADRESSER ?

L’Escale
78 boulevard Louis Pasteur
Tél : 02 43 80 49 33
escale@ville-allonnes.fr
Lundi, mercredi, jeudi, vendredi : 14h30 à 17h30

EN SAVOIR PLUS

Ajouter un commentaire

Les champs précédés de * sont obligatoires.

Le test suivant nous permet de vérifier que vous êtes bien une personne et non un automate. Renseignez le résultat de cette opération (par exemple, pour 1 + 3, renseignez 4).